PXT864 2 fr

INDICATIONS EN COURS DE DÉVELOPPEMENT

MALADIE D’ALZHEIMER

La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative chronique, caractérisée par une mort progressive des neurones situés dans certaines structures cérébrales. Cette perte neuronale entraîne des troubles de la pensée, de la mémoire, de la personnalité et du comportement. La maladie évolue et s’aggrave progressivement jusqu’au décès du patient (la durée moyenne de survie étant de dix ans). Elle affecte environ 44 millions de personnes dans le monde. Les traitements actuels tels que les inhibiteurs de la cholinestérase (Aricept®) et les antagonistes des récepteurs NMDA (Namenda®/Ebixa®) atténuent certains symptômes mais leur action reste modérée, temporaire et associée à des effets secondaires fréquents.

MALADIE DE PARKINSON

La maladie de Parkinson est une affection neurodégénérative chronique caractérisée par une perte progressive des neurones dopaminergiques du cerveau, induisant des troubles moteurs avec tremblements, rigidité et perte de coordination des mouvements. Environ 6 millions de personnes sont atteintes dans le monde. Les traitements actuels (L-Dopa, inhibiteurs de la monoamine oxydase et agonistes dopaminergiques) visent à compenser la carence en dopamine. Ils ne traitent pas la perte neuronale, et sont associés à des effets indésirables et une perte d'efficacité à long terme.

SCLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA)

La SLA est une maladie neurodégénérative chronique avec une évolution progressive létale. Elle est caractérisée par une perte progressive des neurones moteurs centraux et périphériques, responsables du contrôle des muscles squelettiques. Le handicap entraîne une dépendance rapide et majeure avec une espérance de vie d'environ quatre ans après le diagnostic. La SLA touche environ 400 000 personnes dans le monde. Elle est considérée comme une maladie rare ou orpheline. Le seul traitement actuellement approuvé (Riluzole) n'améliore la survie des patients que de façon très modeste, sans bénéfice sur leur qualité de vie.


DESCRIPTION DU PRODUIT

PXT864 est une nouvelle combinaison fixe à faible dose de baclofène et d’acamprosate administrée par voie orale deux fois par jour. Son mécanisme d’action est double pour restaurer l'équilibre entre les voies de signalisation excitatrices (activité glutamate) et inhibitrices (activités glycine et GABA), perturbé par des facteurs toxiques tels que les oligomères du peptide Aß dans la maladie d’Alzheimer.

PXT864 s'est avéré sûr et bien toléré dans une étude de Phase 1 menée sur 24 volontaires sains.

L’indication la plus avancée pour PXT864 est la maladie d’Alzheimer. Une deuxième étude de Phase 1 a démontré sur 20 volontaires sains une efficacité initiale dans un modèle de la démence induite par la scopolamine. Un essai clinique de Phase 2 exploratoire conduit sur 45 patients atteints de la maladie d’Alzheimer a confirmé l’efficacité prometteuse de PXT864.

Deux études de Phase 2a sont également programmées dans la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique.


PLEODIAL : ETUDE CLINIQUE EXPLORATOIRE DE PHASE 2 DE PXT864 POUR LE TRAITEMENT DE LA MALADIE D’ALZHEIMER

L’étude PLEODIAL est un essai clinique exploratoire, multicentrique, en simple aveugle qui a évalué 3 doses de PXT864 chez 45 patients atteints de la maladie d’Alzheimer au stade léger, naïfs de tout traitement contre la démence : les deux premières doses étaient basées sur un ratio baclofène / acamprosate identique [dose 1 et 2] et la troisième dose comportait un ratio différent [dose 3].  Les objectifs principaux de cette étude étaient d’évaluer l’innocuité, l’observance et l’efficacité préliminaire sur les troubles cognitifs et comportementaux. L’étude s’est déroulée sur une durée de 36 semaines : « PLEODIAL-I » sur les 12 premières semaines suivie par « PLEODIAL-II » sur les 24 semaines restantes. Au cours de PLEODIAL-I, les patients ont reçu PXT864 durant les 4 premières semaines (« challenge »), puis du placebo pendant 4 semaines (« de-challenge ») et enfin PXT864 sur les 4 dernières semaines (« re-challenge »). Au cours de PLEODIAL-II, les patients ont ensuite eu la possibilité de poursuivre leur traitement avec PXT864 en recevant la même dose que celle administrée pendant PLEODIAL-I. Durant les 12 dernières semaines de l’étude, les médecins avaient la possibilité de co-administrer PXT864 avec le donépézil à une dose journalière de 5mg. Au cours des études PLEODIAL-I et II d’une durée totale de 36 semaines, les patients ont donc été traités avec PXT864 pendant 32 semaines. Cet essai clinique a été conduit dans 7 centres mémoire français entre février 2013 et décembre 2015.

L’étude a démontré que :
.    PXT864 était bien toléré et sûr chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer
.    PXT864 pourrait ralentir la progression des troubles cognitifs au stade léger
.    PXT864 pourrait être administré en association avec un traitement à dose faible de donépézil (5mg par jour)

Ces résultats montrent une efficacité prometteuse de PXT864 qui devra être confirmée dans de futures études cliniques, telle qu’une étude clinique de Phase 2 internationale multicentrique et avec un design adaptatif.